Parce que ce n’est pas une fatalité et que rester isolé-e sans en parler ne fait qu’aggraver la situation, vous devez échanger avec une personne de confiance. Des experts et des témoins vous exposent ici les bénéfices d’en parler avec vos proches, votre médecin généraliste, des professionnels ou des associations.

INTRODUCTION A LA RUBRIQUE "EN PARLER" DE STOPBLUES
Karine Chevreul, professeure de santé publique et responsable du projet, présente la rubrique "En parler" de StopBlues.
FRANCHIR LE PAS
Il faut franchir le pas et en parler. Trouvez une personne de confiance pour le faire, cette personne ne sera pas forcément celle à laquelle vous auriez pensé en premier lieu.
PARLER A UNE PERSONNE DE CONFIANCE
N'hésitez pas à parler de votre mal-être à votre entourage. Les patients de Vincent Lapierre, psychologue, sont souvent étonnés par les gens à qui ils ont pu se confier. Les professionnels de santé mentale et les travailleurs sociaux sont aussi là pour vous écouter.
L'IMPORTANCE D'AGIR TOT
La personne en mal-être n’ose pas en parler, ou son entourage ne réagit comme il faudrait. Il faut bien comprendre que ce n’est pas de sa faute, et il ne faut pas lui dire de se remuer, de se reprendre. Il faut que la personne dépressive soit soignée, car elle peut guérir, d’autant plus facilement quand les choses sont...
ALLER CHEZ LE MEDECIN GENERALISTE
Quand une personne a profondément changé (triste, fatiguée dès le matin…), elle doit rencontrer son médecin généraliste. Souvent la personne pense que « ça va passer »... Il faut se méfier du temps et ne pas tarder. Parfois il faut la « prendre par le bras » et l'emmener chez le médecin généraliste. Le professeur Jean-...
DES SOLUTIONS SELON LES BESOINS
Quand on n’est pas bien, il faut trouver une relation de confiance et surtout, oser parler. Il ne faut pas culpabiliser, ce n’est pas votre faute, et être écouté va vous aider. Le docteur Roelandt, psychiatre, vous conseille aussi de continuer à faire vos activités autant que possible. Cependant, si cela continue, n’hé...
PARLER ET ECOUTER : DEUX ACTIONS POUR ALLER MIEUX
Aude Caria, psychologue, rappelle deux fondements : parler et écouter.
QUAND C'EST UN PROCHE QUI VA MAL
Cette vidéo doit être vue comme d’un petit guide à destination des proches, des aidants et des personnes souffrant de dépression. Des conseils sont prodigués sur la manière d’agir pour aider une personne en souffrance : quoi faire, comment faire et surtout qu’est-ce qu’il ne faut pas faire avec une personne souffrant d...
EN CAS DE CRISE, IL Y A TOUJOURS LES URGENCES
Le docteur Kierzek, médecin urgentiste, rappelle que les urgences sont un lieu d'accueil de toutes les urgences, y compris les urgences psychologiques, et qu'il ne faut surtout pas hésiter y aller lorsque notre souffrance déborde et que l'on n'a pas d'autre interlocuteur.
MARIE-HELENE : POURQUOI JE N'AI PAS PARLE PLUS TOT
Marie-Hélène évoque dans cette vidéo la pression familiale et sociale qui l’ont d’abord empêchée de parler à un professionnel. Culpabilisée de s’apitoyer sur son sort alors qu’il y a “tellement pire” et ne pas se bouger toute seule, elle a finalement décidé de franchir le pas et de demander de l’aide à un professionnel...
MARIE-HELENE : POURQUOI JE TEMOIGNE
Marie-Hélène veut témoigner pour ceux qui s’enfoncent dans leur mal-être et n’osent pas encore passer le cap. Aller voir un psy est rentré dans les mœurs, tous les gens en parlent alors pourquoi pas vous ? Retrouvez l'intégralité du témoignage de Marie-Hélène.
MARIE-HELENE : POURQUOI PARLER A UN PROFESSIONNEL
Pour Marie-Hélène il est préférable d’aller parler à un professionnel car il a le recul et les compétences nécessaires pour discuter des problèmes des autres. Retrouvez l'intégralité du témoignage de Marie-Hélène.
MARIE-HELENE : LE BENEFICE D'EN PARLER
Marie-Hélène a tout de suite ressenti les bénéfices d’aller voir un professionnel qui lui a donné des pistes pour aller mieux. Elle a eu l’impression d’être prise par la main et aidée à porter son fardeau. Retrouvez l'intégralité du témoignage de Marie-Hélène.
CELINE : EN PARLER M'A PERMIS DE COMPRENDRE CE QUI N'ALLAIT PAS ET DE CHANGER
Céline explique comment en parler à une sophrologue l’a aidée à comprendre ce qui n’allait pas et changer.
CHRISTELLE : PARLER A DES PROCHES M'A SOUTENUE
Christelle en a parlé à ses proches et à ses amis, qui ont soutenu sa démarche et continué à la solliciter malgré sa dépression. Elle témoigne : on n'attend pas des conseils, on attend juste de l'écoute. Retrouvez l'intégralité du témoignage de Christelle.
ABDEL : PARLER, C'EST MA RICHESSE
Abdel a perdu sa culpabilité et sa honte en parlant, il a pris confiance en lui et maintenant c'est devenu son mode de fonctionnement : quand il se sent mal, il appelle quelqu'un. Retrouvez l'intégralité du témoignage d'Abdel.
FABRICE : LE BENEFICE D'EN PARLER A UN PSYCHOLOGUE
Dans ce témoignage, Fabrice décrit comment l’accompagnement par le psychologue l’a aidé à prendre du recul. Retrouvez l'intégralité du témoignage de Fabrice.
MARIE-HELENE : J'AI DECIDE D'ALLER VOIR UN PROFESSIONNEL
Marie-Hélène a commencé à se sentir mal à l’adolescence, mais elle n’osait pas aller voir un professionnel de peur d’être prise pour une folle. C’est des années plus tard qu’elle a pris conscience de son mal-être quand les signes se sont aggravés : envie de ne rien faire, repli sur soi, idées noires et angoisses physiq...